Babacar Ngom, Président du groupe SÉDIMA : "Aucune émergence n'est possible sans des champions nationaux. Il est possible de partir de rien et réussir"

  • Source: : Lobservateur | Le 23 mai, 2018 à 18:05:02 | Lu 15688 fois | 32 Commentaires
content_image

Babacar Ngom, Président du groupe SÉDIMA : "Aucune émergence n'est possible sans des champions nationaux. Il est possible de partir de rien et réussir"

Le secteur privé sénégalais veut adopter une nouvelle démarche. Des chefs d'entreprise du pays ont décidé de se rassembler autour d'un idéal : se donner les moyens de matérialiser les ambitions d'émergence du Sénégal. Babacar Ngom, président du Groupe Sedima, porte leur parole. Dans cet entretien, il livre les tenants et aboutissants de leur regroupement.

Vous venez d'initier un rassemblement qui semble être une sorte de Club du secteur privé. Qu'en est-il exactement ?
Aujourd'hui, l'Afrique et le Sénégal, en particulier, se transforment. On est passé de l'afro-pessimisme à l'afro-optimisme. Au Sénégal, les découvertes de pétrole et de gaz renforcent les perspectives. Tout ceci nous ouvre d'excellentes opportunités, mais aussi de gros défis. En effet, dans le contexte actuel de mondialisation, des entreprises venant de partout dans le monde sont à l'affut de ces mêmes opportunités, avec une rude concurrence. Dans cette guerre économique, un pays se développe, lorsqu'il dispose d'entreprises capables de soutenir la concurrence avec les autres et de générer un maximum d'emplois et de richesses. Faut-il le rappeler, le secteur privé national représente "l'armée économique d'un pays" sur les marchés nationaux et internationaux et aucune véritable émergence n'est possible sans une armée forte, sans des champions nationaux. De la même manière, aucune guerre ne peut se gagner avec des soldats dispersés. Les autres pays l'ont compris et nous le constatons tous les jours, autour de nous. La plupart des pays ne viennent jamais seuls, ils viennent en groupe, secteur privé et État, la main dans la main. Par contre, de notre côté, chacun se débrouille trop souvent tout seul, surtout sur les marchés internationaux. Or, notre ambition collective de développement du Sénégal ne peut se faire sans champions nationaux. C'est donc pourquoi il nous a paru nécessaire de sortir de cette "solitude", où chacun fait ses affaires, seul dans son coin, au Sénégal comme à l'international. Il était impératif qu'on se rapproche, car on sait au final, qu'on partage la même ambition pour notre pays, à savoir une économie sénégalaise forte, s'appuyant sur un secteur privé national fort, capable de créer des milliers d'emplois, de donner le bon exemple à notre jeunesse et d'améliorer de façon significative, la vie de nos populations.

Oui, mais nous avons déjà une organisation syndicale du patronat…
Tout à fait ! Nous en avons même plusieurs. Mais les rôles différent. En France par exemple, l'existence du Medef (le patronat français) n'empêche pas l'existence du Cian (le Conseil français des investisseurs en Afrique). Ainsi, la mission de représentation vis-à-vis de l'État qu'assurent les organisations patronales n'est pas la nôtre et reste indispensable. Le patronat a vocation à accueillir des entreprises et toutes les entreprises, d'où qu'elles viennent. Nous, nous accueillons des individus, des Sénégalais dirigeants d'entreprises, qui sont exemplaires, de par leur parcours entrepreneurial et qui ont réussi, par la force du travail, à s'imposer comme des leaders dans leurs secteurs d'activités, quels qu'ils soient. Nous avons parmi nous, des membres du Cnp, de la Cnes, de l'Unacois, mais également beaucoup d'autres qui ne sont affiliés à aucun patronat. Troisième différence, peut-être la plus fondamentale, nous sommes d'abord et avant tout, un club d'investisseurs orientés dans la promotion de projets structurants pour notre pays, donc plus dans l'action, tandis que le patronat, quant à lui, porte la mission clé de plaidoyer. Nos rôles seront ainsi, non pas concurrents, mais complémentaires.

Donc votre rassemblement est une sorte de Club de grands hommes d'affaires sénégalais ?
Nous ne le dirons pas ainsi. D'abord, il s'agit plus d'un Réseau que d'un Club, car il sera ouvert à tous les Sénégalais qui sont des leaders reconnus et respectés dans leurs secteurs d'activités. Et pour arriver à cela, il ne suffit pas seulement d'être "hommes d'affaires". Partir d'une toute petite entreprise et en faire un leader reconnu et respecté, voire une institution pouvant être transmise avec sérénité aux générations suivantes, c'est souvent de longues années d'abnégation et d'efforts. De par ce qu'ils ont réalisé, beaucoup de chefs d'entreprise sénégalais gagneraient ainsi à être mieux connus, notamment pour servir d'exemples aux jeunes et leur montrer qu'il est possible de partir de peu et réussir.

D'autant plus que beaucoup d'entre eux sont reconnaissants de ce que la société et la vie leur ont donné et ont envie de donner en retour.

Pourquoi ce Club ou ce Réseau maintenant, au moment où beaucoup de gens commencent à s'activer avec la Présidentielle qui approche ?
On aime beaucoup la politique au Sénégal, mais il n'y a pas que la politique dans la vie (Rires)... Plus sérieusement, quand vous investissez des milliards dans une usine ou un hôtel, comme certains d'entre nous l'ont fait, votre regard n'est pas rivé sur l'année prochaine, mais au minimum sur les 30 prochaines années, le temps minimum que cet investissement durera. C'est pour cela aussi qu'un pays a besoin d'un secteur privé national fort, car c'est le seul qui parie sur le long terme. Quand un pays a des soubresauts, vous voyez que certains plient bagages et partent. Nous, c'est notre seul pays, tout ce que nous avons bâti est là, l'avenir de nos enfants et de nos petits-enfants est là, et c'est notre intérêt, quels que soient les soubresauts ponctuels, qu'il reste en paix et qu'il aille toujours dans la bonne direction. Par ailleurs, un pays avance par son leadership collectif. Le leadership politique est clé et j'ai personnellement beaucoup de respect à son égard, de par la complexité et la lourdeur de ses responsabilités. Le leadership religieux et social est également fondamental, car un pays a besoin de valeurs et de repères moraux. Le leadership économique doit également jouer son rôle, notamment d'ambition économique et de création de richesses et d'emplois. Chacun doit jouer sa partition pour que le pays avance. Notre rôle au sein du Réseau, c'est d'assumer ce leadership économique et dans ce rôle, d'être à la hauteur de l'ambition d'émergence que nous avons tous pour notre pays.

Le secteur privé national se plaint que l'État donne trop de marchés aux entreprises étrangères. N'est-ce pas là votre plus grand souci ?
Il faut le reconnaître, c'est une préoccupation, car nous ne connaissons aucun pays ambitieux qui pousse les enfants des autres, plus que les siens. Mais la solution n'est pas de se plaindre. C'est au secteur privé national d'être plus fort, plus crédible et de montrer sa capacité à pousser l'économie du pays vers l'avant. Nous devons être une force de propositions et promouvoir nous-mêmes, des projets structurants. Au-delà des idées, nous devons venir vers l'État avec des solutions : projets structurés, montages financiers précis, partenariats solides. Personnellement, j'ai confiance en notre État et j'ai la conviction qu'il partage avec nous cette ambition de promouvoir des champions nationaux forts pour atteindre l'émergence.

Ne voulez-vous pas mettre en place une sorte "d'équipe nationale" des chefs d'entreprise ?
L'image convient parfaitement et c'est cela le véritable sens du mot "champions nationaux". Il est important d'avoir une identité claire et en cela, le parallèle avec le sport est très parlant. L'Amérique est la première puissance économique mondiale, parce que la "Team USA" (les Exxon Mobil, General Motors, Google, Apple, Facebook...) est sur les podiums mondiaux dans moult secteurs. Les Team Maroc, Nigeria, Egypte, Kenya, Rwanda se débrouillent de mieux en mieux dans les podiums sous régionaux et continentaux. De notre côté, nous nous battons pour une Team Sénégal plus forte, qui nous rapporte le maximum de médailles. Et j'ai une totale confiance en nos populations et en notre État, pour être de solides soutiens à notre "Team Sénégal", comme ils savent d'ailleurs si bien l'être avec nos Lions du football.

Qu'est-ce que l'État y gagnerait ?
Nous pensons que l'État gagnerait, en notre réseau, un interlocuteur national sur les questions touchant au développement économique de notre cher Sénégal. Mieux, il y trouvera un important vivier d'investisseurs sénégalais capables d'impulser et de conduire des projets structurants. L'avantage par rapport à un investisseur étranger est que la richesse ainsi générée restera au Sénégal, mieux, y serait réinvesti.


Auteur: L'Observateur - Lobservateur






1 - Soyez courtois. N'envoyez pas de message ayant un ton agressif ou insultant.
2 - N'envoyez pas de message inutile.
Attaques personnelles. Vous pouvez critiquer une idée, mais pas d'attaques personnelles SVP. Ceci inclut tout message à contenu diffamatoire, vulgaire, violent, ne respectant pas la vie privée ou en violation avec la loi.
Ne devoilez pas
les informations privées de qui que ce soit ( adresses, etc... ).
de tels messages seront supprimés et leurs auteurs bannis des commentaires.

3 - Pas de publicité. Ce forum n'est pas un espace publicitaire!.
4 - Pas de majuscules. Tout message inscrit entièrement en majuscule sera supprimé.
5 - Lisez la politique de gestion des commentaires de Seneweb
6 - Les auteurs de commentaires repetés (pollueurs) verront tous leurs commentaires á travers le site tout simplement retirés en un seul coup

Commentaire (22)


Anonyme En Mai, 2018 (19:04 PM) 0 FansN°: 1
Mr Ngom, on n'en a déjà des champions nationaux : BG2, B52, Lac, Gris, Xaragn..

on est sur la bonne voie de l'émergence !
Reply_author En Mai, 2018 (20:31 PM) 0 FansN°: 1
info importante
lors de la dernière manifestation palestinienne contre l'inauguration de la nouvelle ambassade des etats unis en israel, et où 64 personnes ont été tués à la frontière de gaza, voici ce qui s'est réellement passé.
le groupe terroriste palestinien hamas qui a l'habitude d'utiliser la population palestinienne comme bouclier humain, était caché au milieu des manifestants avec des kalachnikovs et des explosifs. pendant que certains palestiniens jetaient des pierres, les combattants du hamas tiraient sur les soldats israéliens et lançaient leurs explosifs. leurs objectifs était de passer la frontière et de tuer autant d'israéliens, autant de juifs que possible.
les soldats israéliens n'étant pas dupes et ayant compris que la manifs étaient en fait un camouflage du hamas a tiré sur les assaillants pour les empêcher de détruire la barrière et de commettre des meurtres côté israélien.
a ce jour, un agent du hamas a publiquement affirmé que 50 combattants du hamas ont té tué dans cette manifestation (sur les 64 morts qu'il y a eu ce jour-là). n'est-ce pas la preuve qu'israël n'assassinait pas femme et enfant, mais qu'il essayait juste de se défendre et de sauver sa population contre des terroristes brutaux !!! quel etat n'aurait pas défendu son peuple contre un tel plan machiavélique, utilisant des femmes, enfants et vieillards (complices, ou manipulés ou contraints) comme bouclier humain?
israël n'est pas un état criminel et ne l'a jamais été, c'est un état qui essaie de se défendre car entouré d'ennemis. les médias européens mentent au sujet d'israël.du fait de la perpétuelle haine des juifs qui existe depuis bien avant notre naissance.
Reply_author En Mai, 2018 (08:46 AM) 0 FansN°: 2
bravo monsieur ngom.
nous sommes fiers d'entendre ce genre de discours. voila enfin quelqu'un qui a compris.
tous les sénégalais sont fiers de vous. allez-y, foncez. ne vous laissez pas distraire ni impressionner ... le meilleur est à venir.
Anonyme En Mai, 2018 (19:19 PM) 0 FansN°: 2
Aucune émergence sans monnaie nationale; qui ne contrôle pas sa monnaie ne contrôle pas son économie! :thumbsup:  :thumbsup:  :thumbsup:  :thumbsup:  :thumbsup:  :thumbsup:  :thumbsup:  :thumbsup:  :thumbsup:  :thumbsup:  :thumbsup:  :thumbsup: 
Anonyme En Mai, 2018 (19:44 PM) 0 FansN°: 3
comparaison nest pas raison. C bien ke Kagameee se mette au travail. ceci etant dit ca fait 18 ans quil est au pouvoir contre macky sall 6 ans. Et macky Sall est entrain de revolutionner le Senegal dans tous les domains... agriculture, infrastructure avec les autoroutes, la cotiere Dakar saint louis, laeroport, les multiples ports, des vrais stades, lelectriciteee et jen passe. Dici la fin de son deuxieme mandat, le Senegal aura in autre visage. Kagameee est in travailleur il fo en etre fier, mais macky aussi est in travailleur et il fo en etre fier, le feliciter et lencourager a redouble defforts. 18 ans c pas 6 ans. vive son excellence macky sall
Anonyme En Mai, 2018 (19:49 PM) 0 FansN°: 4
Vas te faire foutre ngue nan vive mavky. Tchim..
Anonyme En Mai, 2018 (19:52 PM) 0 FansN°: 5
Je suis fier de M. NGOM. Bonne continuation et plein de succès pour cette belle initiative.

Ceux sont ces discours qu'il faut à notre jeunesse pour lui donner plus de confiance en elle même. Avec de bons leader éclairés notre chère Afrique connaîtra des lendemains meilleurs. Vive l'Afrique vive le Sénégal
Anonyme En Mai, 2018 (20:03 PM) 0 FansN°: 6
Quand le maire APR d'une localité dite religieuse sollicite auprès du ministre APR du budget des titres d'exonération pour des denrées alimentaires destinés aux daaras et écoles coraniques avant de les vendre à des industriels qui déclarent tous leurs produits en C313 dons et aides privant le trésor de plusieurs milliards de francs c'est l'émergence ?

Pourtant, ces memes produits déclarés en exonération totale des droits et taxes sont revendus au prix fort sur le marché national. Qui y gagne?

Sénégal neikoul ci yonou deim foubakh
Anonyme En Mai, 2018 (20:46 PM) 0 FansN°: 7
le principal frein au développement c'est la religion : Touba aucune école "Française" .....
Anonyme En Mai, 2018 (20:51 PM) 0 FansN°: 8
Bravo MR Ngom cette personne est un leader et une référence dans son domaine mérite d être écouté et suivie .si on avait bcoup de Babacar Ngom notre pays se developpera tres rapidement
Anonyme En Mai, 2018 (21:12 PM) 0 FansN°: 9
Bon courage Mr Ngom le Sénégal est fier de vous.

C'est vraiment déplorable de constater que des entreprises étrangères rafler tous les grands chantiers au Sénégal.on a jamais vu un pays developer par des étrangers.donc il nous faut un patronat bien organisé et bien soudé pour faire face aux étrangers
Anonyme En Mai, 2018 (21:20 PM) 0 FansN°: 10
Les pays développés comme le Japon ont transformé leurs écoles de guerre militaire en écoles de guerre économique. L'esprit guerrier des samouraï a été transposé dans l'activité économique.

Il faut peut-être des écoles de ce genre pour mieux appuyer ce projet dont parle Monsieur Ngom, un illustre exemple que j'ai connu à ses débuts.
Anonyme En Mai, 2018 (21:43 PM) 0 FansN°: 11
Félicitations à Babacar Ngom et au réseau pour cette excellente initiative à soutenir et encourager. C'est une vision éclairée d'une économie nationale portée par les fils du pays. Ainsi les fruits générés permettront un cycle de croissance et d'investissements pour un développement socio-économique. J'espère que l'état saura saisir la balle au rebond et vous accompagner. Vive l'émergence de champions nationaux.
Anonyme En Mai, 2018 (22:55 PM) 0 FansN°: 12
Je suis content de lire des articles pareils, les guerres sont économiques de nos jours, Bon courage Mr NGOM des gens comme vous font la fierté du peuple noir, Nous ne sommes pas maudits il faut juste qu'on se bouge, GPS bless u all
Anonyme En Mai, 2018 (23:25 PM) 0 FansN°: 13
Babacar NGOM ferait un excellent président de la République et battrait macky Sall au premier tour. Il doit assumer ses ambitions et ne pas attendre la dernière minute.
Anonyme En Mai, 2018 (23:41 PM) 0 FansN°: 14
en tout cas faite attention avec vos fond,car Macki est là avec la clé de Reubeuss et attend le premier à sortir des milliards. :taala_sylla:  :taala_sylla:  :taala_sylla: 
Anonyme En Mai, 2018 (01:03 AM) 0 FansN°: 15
A l'approche de l'élection présidentielle, tous les rats sortent de leurs trous. Il était où en 2011 quand le pays était au bord de l'implosion ? Qu'il retourne dans son trou ! On s'en bat les couilles de ses idées !
Molly En Mai, 2018 (10:39 AM) 0 FansN°: 1
pour ton info : babacar ngom était un des principaux bailleurs pour le bon déroulement des assises nationales
Anonyme En Mai, 2018 (01:42 AM) 0 FansN°: 16
Vous êtes la prochaine cible de MACKY SALL après KABIROU MBODJI. Il va lever la restriction d’importation de volaille. Une vraie catastrophe :nono: 
Anonyme En Mai, 2018 (05:51 AM) 0 FansN°: 17
Babacar ngom Sedima

Kabirou mbodj wari

Bara tall jlf

Ndiaye sagam

Les tarafs

Anonyme En Mai, 2018 (09:41 AM) 0 FansN°: 18
Bonjour Mr ngome js8 un elleuver mai nous avons beaucoup de problèmes à cause de vous par se que c vous même qui a commencé de éliminé des petits entrepris tu nous vends des poussin alors tu quoncura av nous vous être vendeur des poules oeuf et des poussins tu a gagner toute les grands entreprise comme aux champs extra
Anonyme En Mai, 2018 (11:58 AM) 0 FansN°: 19
Le CNP et CNES jouent bien leur rôle.Et votre réseau est membre et acteur des deux côtés parce que vous chef d'entreprise et privé.

Je pense que ce réseau vise a segmenter le secteur. Vous voulez peut être vous démarquer, pas besoin. Vos priorités devraient plus être orienté a la consolidation des acquis du secteur privé et du patronat et par le moyen de partager sa vision voir sa politique.

La priorité peut être ailleurs a mon avis.

Je vais terminer par vous remercier de votre dévouement.
Anonyme En Mai, 2018 (12:15 PM) 0 FansN°: 20
Anonyme En Mai, 2018 (13:35 PM) 0 FansN°: 21
Si vous êtes incapable de retrouver autour d'une table de vous reunir pour l'intérêt national votre richesse je vous le jur ne vous servira rien alors j'adhere a cette idée souyez dynamic et pragmatique l'économie national est entre vos
Anonyme En Mai, 2018 (22:49 PM) 0 FansN°: 22
Tres pertinent ...... Totalement en phase avec vous

Commentez cet article

Auteur

Commentaire :

Service Commercial

Senegal : +221 33 860 09 50    |    Usa, Canada, Europe : +1 703 348 7306    | +1 703 395 86 48   Email : pub@seneweb.com

Rédaction

Email : redaction@seneweb.com